Slimane Azayri

Slimane Azayri

La disparition d'Hocine Ait Ahmed comme épreuve nationale et preuve d'un échec collectif

La première raison pour laquelle la disparition d’ Hocine Ait Ahmed est ressentie par un grand nombre d'algérien(ne)s comme épreuve nationale et  preuve d’un échec collectif  parait simple: il était, 23 ans après la tragique disparition, en juin 1992, de Mohamed Boudiaf – qui a engagé une rupture tuée, au sens propre et figuré,  dans l’œuf -  le dernier encore en vie des initiateurs et chefs "historiques" de la révolution du 1er novembre 1954. A ce titre, il constituait pour notre pays, de par la légitimité personnelle dont il est porteur, un atout dans  la conception et la mise en route d'un projet politique qui nous aurait permis d'aller vers la démocratie. Le système en place repoussant, ou pire, refusant indéfiniment cette alternative, pourtant la seule viable à long terme pour l'Algérie et aussi le Maghreb, il nous fait comprendre, à nous citoyens algériens,  à travers la façon – empreinte à la fois de simplicité et d'ouverture au peuple-  dont il a organisé ses propres funérailles, que le projet démocratique doit rester,  pour les générations postérieures à la sienne, la priorité à concrétiser. Avec la précision que le succès ne sera au rendez-vous qu’à condition de sortir du  logiciel et des outils aliénants du système autoritaire en place, aussi puissantes que soient  ses capacités de récupération et de domestication.



03/01/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres