Slimane Azayri

Slimane Azayri

L'indépendance de la Kabylie pourrait-elle devenir une issue irréversible ?

 

En l'état actuel des choses, une indépendance de la Kabylie ne peut pas constituer à mon avis une issue irréversible. En effet, ce que nous savons de l'histoire de cette partie de l'Algérie à travers les âges nous apprend que ses habitants n'ont jamais envisagé leur destin en dehors des autres parties du pays avec lesquelles ont toujours existé des courants d'échanges humains et matériels relativement riches et denses – contrairement aux visions superficielles de ces arabistes qui veulent enfermer idéologiquement la Kabylie dans un particularisme figé, érigé au rang de constante négative- ceci, bien avant la colonisation française et l'occupation ottomane. 

Une indépendance ne prendrait un caractère irréversible que dans l'hypothèse où des évolutions et des événements futurs viendraient à la rendre nécessaire et inévitable. Or, j'ai toujours été personnellement inquiet par le décalage existant entre les aspirations des habitants de Kabylie et celles des autres régions. Ce décalage, nous l'avons vu à l’œuvre en 1980 avec le printemps amazigh, à partir de 1989 avec la poussée intégriste partout en Algérie à l’exception de la Kabylie, en 1994 avec la grève pour la reconnaissance de tamazight à l’école, en 2001 avec les manifestations et les grèves du printemps noir pour tamazight, les libertés et la démocratie. Or, tous ces mouvements politiques et sociaux se sont limités pour la plupart à la Kabylie ou, parfois, aux kabyles vivant dans d’autres régions d’Algérie.

Un fossé est-il en train de se creuser progressivement entre la Kabylie et le reste de l’Algérie ? Oui, à mon sens. Cependant, il n’est pas trop tard pour empêcher son élargissement. Comment ? En orientant et mobilisant les énergies dans deux directions principales:

- La défense et le développement sur tous les terrains des libertés individuelles et collectives par les acteurs économiques, sociaux, civils et politiques réels (non les subventionnés de l’Etat ou de parties non identifiées) de tout le pays ;

- Une réflexion et un débat national pour une grande réforme des institutions du pays et sa mise en œuvre dans une collaboration étroite entre les acteurs ci-dessus désignés et les représentants de l’Etat.

De cette façon, nous pouvons arriver à réduire significativement le décalage actuel entre la Kabylie et les autres régions du pays et lui substituer des convergences, donnant ainsi à l’Algérie les bases solides qui la mettront en capacité d’aller toujours plus loin dans la voie du développement.

 



02/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres